Quand on met plus de produits frais à la cantine, les enfants mangent… Plus de produits frais !

Pour prolonger le billet sur l’obésité et la consommation de fruits et légumes frais aux USA, je tenais à parler rapidement l’article qui est paru dans le Journal of Preventive Medecine daté d’avril 2014 : « Impact of the New U.S. Department of Agriculture Shool Meal Standards on Food Selection, Consumption, and Waste » par une équipe de l’Université d’Harvard.

En 2012, de nouveaux standards alimentaires ont été imposés aux établissements publics aux Etats-Unis, pour tenir compte des recommandations des nutritionnistes. Les changement imposés sont drastiques, et sont résumés dans le tableau suivant…

(Source : Article JMP)

(Source : Article JMP)

Apport en sel limité, absence d’acides gras « trans », quantité de fruits et légumes plus que doublée (et les pommes de terre limitées) , lait écrémé… Un véritable régime crétois ! Enfin, comparé aux standards précédents…

Mais ce régime est loin de faire l’unanimité : des élus, directeurs d’école, parents réclament sont assouplissement : les élèves n’ayant pas ces « bonnes » habitudes alimentaires, ils consommeraient globalement moins, jetteraient plus de déchets, sans que cela apporte un avantage substantiel en terme de nutrition.

C’est justement cela que les auteurs ont voulu quantifié. A leurs connaissances, aucune étude sérieuse n’avait été réalisée sur le sujet. Ils ont donc mesuré, sur deux écoles de quartiers urbains défavorisés, la quantité de déchet, ainsi que la quantité de chaque type d’aliments (et en particulier lait, fruits, légumes) avant, et après l’application du programme nutritionnel.

Les résultats sont très clairs : les fruits sont plus souvent choisis (+ 23 %), le lait moins souvent (-24 %), et le choix des légumes reste inchangée. Globalement, la consommation de lait par élève diminue ( – 10 %) (ce qui signifie a priori, moins de graisse), l’augmentation de la consommation de légumes augmente (+ 15 %, grâce à des portions plus importantes), et celle des fruits stagne (mais plus d’élèves les choisissent). Quant aux déchets, ils sont à un niveau très important, mais, c’était d »jà le cas avant ! Ils n’ont pas augmenté.

La conclusion semble clair : il y a un avantage indiscutable au nouveau programme de nutrition, qu’il ne faut absolument pas relâcher.

Les auteurs posent tout de même deux limites :

  • L’étude est restreinte à 2 établissements de quartiers défavorisés. Il reste à voir quel impact ce nouveau programme alimentaire a sur d’autres établissements aux profils sociologiques différents
  • S’il y a un avantage pour le repas du midi, rien n’indique que cela constitue un début d’habitudes alimentaires plus saines. Aucune étude n’a été menée sur les autres repas que ceux pris à l’école…

Quant à la transposition d’une telle étude en France, elle reste délicate, comme pour le billet précédent, tant les habitudes alimentaires françaises sont particulières… (Cocorico ?)

Impact of the New U.S. Department of Agriculture Shool Meal Standards on Food Selection, Consumption, and Waste J.F.W. Cohen et al., Am. J. Prev. Med. 2014, 46(4), 388-394. (gratuit).

 

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in Non classé, santé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *