[Flash Info Chimie] #19 Se méfier des remèdes naturels : la caulophylle

Certains remèdes sont présentés comme « naturels », « végétaux » pour justifier leur innocuité, et leurs effets bénéfiques. Alors qu’ils peuvent être bien plus toxiques que les médicaments de synthèse. Ainsi, je trouve assez scandaleux que l’on puisse se procurer dans n’importe quel magasin des huiles essentielles pouvant déclencher réactions allergiques, convulsions, et autres irritations cutanées ou des voies respiratoires, sans que les vendeurs ne rappellent (ne sachent ?) les consignes de sécurité pour l’utilisation de ces produits. Ici, un article de recherche a été publié dans le Journal of Natural Products une étude in vitro montrant la toxicité du caulophylle (appelée Blue Cohosh).

 

Caulophylle (« Blue Cohosh » en anglais) (source : wikipédia)

Le rhizome du ce végétal est très largement utilisé en herboristerie pour provoquer / aider les contractions utérines lors d’un accouchement. De même, on l’utiliser pour réguler les menstruations, et même pour des avortements. D’après les statistiques données, 64 % des sages-femme états-uniennes en proposaient pour favoriser les accouchements. Le problème, c’est que le caulophylle n’est pas un remède anodin. Les effets secondaires reportés sont nombreux, depuis de « simples » crampes d’estomac, jusqu’à l’infarctus, en passant par de l’hypertension, tremblements, etc…

Dans cette étude, c’est plus précisément 3 composés issus d’extraits de caulophylle qui ont été étudiés, et comparés à la digitonine, l’espèce chimique responsable de la toxicité bien connue de la digitale.

1 Cauloside A ; 2  Saponine PE ; 3 Cauloside C

1 Cauloside A ; 2 Saponine PE ; 3 Cauloside C

Ces composés, comme la digitonine sont des surfactants : ils vont interférer avec les membranes des cellules, et en particulier les membranes des mitochondries. [ Ces organites sont les usines chimiques des cellules, permettant la synthèse de l’ATP, utilisé comme source d’énergie, à partir de l’oxygène et de sucre, suivant le procédé de la respiration ]. Cela conduit à la perméabilisation des membranes, ce qui provoque une chute de l’activité respiratoire des cellules, jusqu’à leur mort.

Au delà de la toxicité de cette plante, il s’agit pour les auteurs ici d’alerter sur l’ensemble des remèdes traditionnels : la famille de composé englobant la digitonine, et les trois composés plus haut, (la famille des saponines) est très répandue dans les végétaux. Et leurs propriétés toxiques vis-à-vis des mitochondries peuvent provoquer de très sérieux effets secondaires. Ainsi, sur 352 remèdes traditionnels testés, 46 présentaient une toxicité mitochondriale importante. Cela ne signifie pas que ces plantes ne sont pas intéressantes d’un point de vue médical, mais plutôt qu’elles ne doivent pas être utilisées à la légère.

Pour ne pas oublier que les plantes produisent quelques uns des pires poisons de la nature, vous pouvez aussi voir sur ce blog la série « Les plantes, leurs poisons« .

« Toxins in Botanical Dietary Supplements: Blue Cohosh Components Disrupt Cellular Respiration and Mitochondrial Membrane Potential«  S. Datta et al., J. Nat. Prod. 2014, ASAP

 

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in article de recherche, chimie, Flash Info Chimie, Non classé, santé and tagged , , . Bookmark the permalink.

8 Responses to [Flash Info Chimie] #19 Se méfier des remèdes naturels : la caulophylle

  1. Patrice says:

    Excellent sujet . Et oui, ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est sans danger..
    Et quand on prend le temps d’y réfléchir, c’est logique .

    Concernant les huiles essentielles, – à ne pas confondre avec des huiles végétales – la règlementation prévoie que certaines HE ne doivent être vendues qu’en pharmacie en raison de leur caractère éventuellement dangereux. Sauf que dans les faits peu de pharmaciens informent sur ces dangers, d’autant qu’elles sont très en vogue et donc se vendent bien .

    • Mr Pourquoi says:

      Merci pour le commentaire. Oui, certaines huiles essentielles ne sont vendues qu’en pharmacie. Mais tu as raison… Par qui ? Des pharmaciens peu regardants ? des préparateurs non formés ? Et la plupart des HE en vente libre peuvent avoir des effets secondaires importants, ne serait-ce que sous la forme d’allergie…

  2. Stéphany says:

    Comme toujours un billet très intéressant! 🙂

    Contente que tu abordes le sujetdes compléments alimentaires ou « naturels » qui me laisse toujours perplexe (et plus en plus en fait!)
    – pourquoi être méfiant des médicaments mais se goinfrer des produits non contrôlés (et qui n’ont jamais eu à démontrer leur efficacité!)?
    – pourquoi appliquer la législation des denrées alimentaires à ces produits, ce qui rend difficile tout contrôle?
    – comment penser « si ça ne fait pas de bien ça ne fait pas de mal! » alors qu’une grosse partie de la pharmacopée moderne est issue des plantes (et qu’un exemple aussi banal que la ciguë suffit à rappeler qu’évidemment une plante peut tuer)?
    – pourquoi acheter (très cher!) des produits dont on pense justement que ça ne fait pas forcément de bien?

    Une étude canadienne récente* s’est intéressée aux compléments à base de plantes e à utiliser la technique du DNA barcoding pour démasquer les produits frauduleux. Entre ceux qui ne contenait pas de plante et ceux où la plante était substituée par une moins cher (aux effets indéterminés!) c’est plus de la moitié des compléments qui n’était pas conforme!
    Il faut aussi se méfier des compléments « boostés » avec des principes actifs de médicaments (comme le Viagra ou le Cialis présent dans bon nombre de stimulants sexuels! Les travaux de Myriam Malet-Martino sont édifiants…) ou de ceux qui contiennent un principe actif lui-même utilisé dans des « vrais » médicaments. Comme la levure de riz rouge, qui fait un véritable carton parmi les détracteurs des statines, et qui contient de la monacoline K… la molécule que l’on retrouve justement dans la Lovastatine! A la différence prêt que selon les marques les dosages sont +/- approximatifs, et variables d’un lot à l’autre!

    Mais les fabriquant peuvent continuer à dormir sur leurs 2 oreilles, malgré toutes ces zones d’ombres et l’existence de risques bien réels pour la santé, le marché reste juteux. 60 à 80 Millions de $ par an!…

    * http://www.biomedcentral.com/1741-7015/11/222

  3. Alex says:

    Je remarque que tu ne mets pas de source pour tes formules chimiques, j’en déduis que tu utilises un super logiciel pour les dessiner, non? Ça m’intéresserait beaucoup de savoir ce que tu utilises, je galère toujours pour en produire pour mes cours et mes contrôles….

    • Mr Pourquoi says:

      Souvent, c’est du … wikipédia. Pour faire ces structures, tu peux utiliser ChemOffice, payant, hors de prix si c’est pas un labo qui te le paie. Ou alors ChemSketch, qui est gratuit. Ou encore, sous linux, il y a gchem qui est très bien, même si la prise en main n’est pas immédiate… Enjoy !

  4. Pingback: [Flash Info Chimie] #19 Se méfier des re...

  5. MRR says:

    Dans le genre démystifier le « naturel », je suis tombé sur ceci :

    http://jameskennedymonash.wordpress.com/category/infographics/ingredients-infographics/

    qui liste les ingrédients d’aliments simples, comme l’oeuf, la banane ou la myrtille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *