[Flash Info Chimie] #1 Détecter des quantités… indétectables

Flash Info Chimie, c’est une nouvelle rubrique que je viens d’inventer, là, pour parler d’articles récents issus de la recherche en chimie. Ces articles seront tirés de grandes revues spécialisées, comme Angewandte, Journal of American Chemical Society, et les autres. L’idée est de proposer des billets assez courts, éclairants, sans rentrer dans le fond du concept comme j’essaie souvent de le faire.

Détecter des quantités… indétectables

La détection de quantités infimes de polluants, poisons, drogues, protéines est aujourd’hui une discipline de recherche très riche. Que cela soit dans les domaines de la police scientifique, l’écologie, la biologie, ou même la physique théorique, les applications sont très importantes.

En particulier, dans le domaine du diagnostic médical, la détection de certains marqueurs (en général de nature protéinique) présents en quantités infinitésimale, est un enjeu majeur. Qu’il s’agisse de marqueurs de maladies génétiques, de cancers, etc., ils se trouvent parfois à des concentrations très faible, (quelques nanogrammes par litre de sang, soit 0,000000001 g/L) .. S’il s’agit de matériel génétique, on peut parfois réaliser une PCR , mais dans les autres cas, on n’a pas beaucoup de solution.

Des chercheurs proposent dans cet article tiré du Journal of American Chemical Society (plus précisément, d’une nouvelle rubrique « Just Accepted« , pour laquelle les articles n’ont pas encore de numéro de page et de date de publication), une nouvelle technique assez originale :

Ils ont réalisé un hydrogel (gel contenant de l’eau ! ) sur lequel est greffé deux aptamères (c’est à dire une petite séquence ADN, ARN, ou peptidique) différents, mais spécifiques d’une même protéine. Lorsque celle-ci est en contact avec ce gel, elle se lie aux deux aptamères, ce qui provoque la contraction du gel, qui diminue donc de volume. Ce qui est assez impressionnant, c’est qu’avec des concentrations en protéines ciblées de 10⁻¹² mol par litre, (environ 0,000000000000001 g par litre ! ), on a déjà une réponse nette du gel, qui se contracte de 5 – 6 % .

a. et b. :les aptamères utilisés, avec leur "bras" d'accrochage aux molécules qui composent le gel c. L'hydrogel en action

a. et b. :les aptamères utilisés, avec leur « bras » d’accrochage aux molécules qui composent le gel
c. L’hydrogel en action (source)

Les hydrogels qui répondent à un marqueur ne sont pas réellement nouveau en fait. Certains existaient déjà, avec comme « détecteur » des anticorps, protéines, glycoprotéines. Mais jamais cette sensibilité n’avait été atteinte. D’après les auteurs, cette technique, peu chère, simple à mettre en place est suffisamment efficace pour concurrencer les méthodes de détection actuelles, nécessitant à la fois du matériel de pointe, et des agents très qualifiés.

« Macromolecular amplification of binding response in super-aptamer hydrogels »
Wei Bai, Nicholas A Gariano, and David A Spivak, J. Am. Chem. Soc. 2013 « Just Accepted »

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in article de recherche, chimie, Flash Info Chimie, Non classé and tagged , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to [Flash Info Chimie] #1 Détecter des quantités… indétectables

  1. pascale says:

    10-12 mol/l…et ben dis donc !! surtout avec une technique toute simple… Ca évitera peut etre à des labos pourtant certifiés, de raconter des conneries avec leur ICP…

  2. Mr Pourquoi says:

    Salut Pascale !
    Ben si j’ai bien lu, les ICP, c’est pour de l’analyse élémentaire, non ? Dans cette publi, c’est plutôt pour des analyses biochimiques… Mais c’est vrai qu’au delà de la sensibilité, ce type de test permet aussi une grande sélectivité. Par contre, ce n’est pas du tout quantitatif ! La contraction de l’hydrogel plafonne à 8-10 % dès que la concentration augmente un peu trop, et ne semble pas linéaire avant…

  3. pascale says:

    oui, c’est pour les analyses élémentaires… et oui c’est de la quanti, donc c’est vrai que çà n’est pas le même contexte…mais atteindre de tels niveaux de détection, cela me laisse rêveuse… je réagis vivement parce que je me bas chaque jour avec des labos certifiés pour qu’ils fassent des analyses correctes… qu’ils affichent clairement leur limite de quanti (ca change tous les 4 matins sans explication !) …et leur % d’incertitude…
    POur les labos de biochimie, je ne suis pas sûre qu’ils soient tous rigoureux également…et pourtant là c’est + grave, c’est la santé des patients en jeu.

  4. Pingback: [Flash Info Chimie] #1 Détecter des quan...

  5. Yves Rolland says:

    Je me suis juste demandé comment cette belle démonstration et avancée pouvait interférer avec la médecine homéopathique dont le fonctionnement éventuel se base justement sur de très faibles doses d’agents biochimique et minéraux.

  6. Taupo says:

    J’étais en train d’adapter ton billet pour ma chronique et j’ai noté une coquille: c’est Journal of American Chemical Society et non Journal of American Chemical Chemistry 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *