[Science et Genre] #2 Du lait qui dépend du sexe du bébé…

Il y a quelques semaines, paraissait un article de recherche intitulé « Biased Milk Production Programmed during Pregnancy as a Function of Fetal Sex« .(1) Il a fait un bruit du tonnerre : la qualité et/ou la quantité de lait produit par une mère est différente selon le sexe du fœtus.(2)

Bon, pourquoi pas. Après tout, les garçons sont plus grands que les filles, sont plus turbulents, aiment plus les petites voitures. Les filles, plus fragiles, plus petites et plus sages, n’ont pas les même besoins ! En tout cas, grâce à une dépêche AFP, les journaux, scientifiques ou non, se sont précipités dans cette brêche, puisque cet article permettait, encore une fois, d’expliquer que les petits garçons et les petites filles ne sont pas pareils, et que les partisans d’une construction du genre indépendante du sexe pouvait bien se rhabiller.

Ce qui est VRAIMENT écrit…

Ah, au fait, le titre que j’ai cité n’est pas complet : il commence par « Holsteins Favor Heifer, not Bulls » : « Les Holsteins (i.e. les vaches de race Holstein) favorisent les génisses, pas les boeufs« . Il s’agit d’un article sur les vaches, pas sur les humains. Et dans cet article, paru dans le numéro de février 2014 de PLOS One, explique comment, sur un très très vaste échantillon, cette race de vache produit plus de lait pour les génisses que pour les bœufs. C’est intéressant pour l’industrie laitière, puisqu’il s’agit d’un excès de plusieurs centaines de kilos de lait par vache et par gestation.

Les auteurs cependant axent leur article sur la différenciation entre les mâles et les femelles. Ainsi, ils citent un assez grand nombre d’articles qui font état de différences entre la qualité et la quantité de lait pour nourrisson de sexe féminin ou masculin. Chez les singes Rhésus, il semblerait qu’il y ait plus de lait, mais moins riche, pour allaiter les femelles. Au contraire, chez le cerf élaphe espagnol, c’est pour les mâles qu’est produit le plus de lait, et qui est plus riche aussi.(voir les références de l’article (1))

Chez l’homme, peu d’études ont été menées, et donnent des résultats contradictoires :

  • Une étude sur 72 femmes au Kenya montre un lait plus riche pour les filles dans les familles pauvres, et un lait plus riche pour les garçons dans les familles riches. (3)
  • Une étude sur 25 femmes dans le Massachusetts montre un lait plus riche pour les garçons. (4)
  • Une étude sur 103 femmes aux Philippines ne montre aucune différence entre les sexes. (5)

On est loin des affirmations de la presse française, presque unanime, qui annonce des compositions différentes (2). Merci l’AFP ! A l’heure actuelle, ce qu’on peut réellement affirmer, c’est qu’il existe (parfois) dans les différentes espèces animales, y compris chez les primates, des différences en terme de qualité et de quantité du lait maternel selon que le nourrisson est un mâle ou une femelle. Chez l’humain, il n’est pas possible de statuer.

Pourquoi des différences (ou non) entre les sexes ?

Ah ça ! C’est toute la question. Globalement, il y a deux hypothèses sérieuses sur le sujet. L’hypothèse de Trivers-Willard et l’hypothèse des « Local Resources Enhancement » et « Local Resources Competition« .

L’hypothèse de Trivers et Willard (6) est relativement simple : les parents doivent investir plus dans le sexe qui leur permettra d’obtenir un maximum de descendants à la deuxième génération. Imaginez une société (animale, bien sûr) dans laquelle les mâles nécessitent beaucoup plus de soins et de nourriture, mais peuvent féconder un grand nombre de femelles.

  • Dans une situation où la nourriture manque, il est plus intéressant de faire moins de mâles. Les quelques mâles restant pourront féconder beaucoup de femelles, et ainsi permettre à l’espèce de se perpétrer.
  • Dans une situation d’opulence, le ratio mâle/femelle se déplace vers les mâles : puisqu’il n’y rien à craindre, un grand nombre de mâle permet une meilleure sélection des individus, et donc la transmission des « meilleurs » caractères génétiques. 

On voit dans cette hypothèse que l’influence du milieu et l’organisation sociale de l’espèce est fondamental. Cette hypothèse a pu être vérifiée dans un certain nombre de cas animal, comme celui du cerf élaphe, cité plus haut.

Chez l’homme, c’est moins évident, les facteurs sociétaux et culturels interférant fortement avec les conditions de vie des parents… On y reviendra un peu plus loin.

L’autre hypothèse, des « Local Resource Enhancement » (LRE) et « Local Resource Competition » (LRC) (7), se focalise sur un « retour sur investissement » rapide : est-ce que l’augmentation du nombre de mâle (ou femelle) va induire un meilleur accès aux ressources (LRE) ? Ou est-ce que cet augmentation va induire une plus grande compétition dans cet accès (LRC) ?

Imaginez une espèce où les rejetons mâles aident plus rapidement et efficacement que les femelles : ils seront, selon l’hypothèse du LRE, favorisés par rapport aux femelles. C’est le cas chez les marmottes, où le sex ratio est en faveur des mâles, qui aident plus les parents que les jeunes femelles.(7)

Imaginez une espèce où les petits femelles partent plus vite du foyer familial. Elles seront, selon l’hypothèse du LRC, plutôt favorisées, car elles entrent moins en compétition avec les adultes. C’est le cas chez nombres de primates, pour lequel le sex ratio est en faveur des femelles.(7)

Encore une fois, l’organisation sociale des espèces concernées est déterminante pour ces hypothèses.

Des différences chez l’être humain ?

Chez l’humain, tout est profondément social. En cela, il n’a pas besoin qu’une quelconque évolution génétique sélectionne un caractère qui permet de favoriser tel ou tel sexe, dans telle ou telle autre situation. Prenez l’Inde : en 2001, il y avait 93 femmes pour 100 hommes, ce qui représente un déficit de 36 millions de femmes. Déficit expliqué par des avortements sélectifs, des infanticides, des défauts de soins (8).

Autre exemple : dans une clinique aux USA, qui permet aux couples de choisir le sexe de leur enfant grâce à une sélection des embryons obtenus par FIV, on observe qu' »Aux Etats-Unis, 55 % des familles veulent des garçons mais au Canada, 65 % veulent des filles » ( lemonde.fr, daté du 31/07/2010 ).

Bref, si dans l’espèce humaine, le sex ratio à la naissance est quasiment de 50 – 50 entre fille et garçon, les pratiques culturelles sont centrales dans la façon dont vont être privilégiés les nourrissons mâle ou femelles. On en reparlera (du sex ratio) dans un autre billet, promis.

Mais pour l’instant, revenons à la question de l’allaitement.

De nombreuses publications font état de recherche, chez l’humain, ayant pour objet l’influence du sexe de l’enfant sur l’allaitement, avec des biais de genre parfois marqués.(9) Par exemple, dans certains pays occidentaux, comme la Suisse, le Royaume-Uni ou la Norvège, les filles sont privilégiées. Mais aussi dans des communautés romani en Hongrie, en république dominicaine, ou au Kenya. Dans d’autres pays, ce sont les garçons qui sont privilégiés, comme en Egypte, au Bangladesh, mais aussi dans certains milieux privilégiés américains.

Il est difficile de donner une explication globale à ses résultats : certains concordent avec l’hypothèse de Trivers-Willard, d’autres avec les hypothèses LRC et LRE (9). Ce qui semble sûr, c’est que le caractère culturel du choix des parents de privilégier un sexe plutôt que l’autre est très fort. On retrouve ce caractère culturel dans les observations dont fait part Serge Hefez, psychiatre, sur son blog : « Dès la naissance, les mères ont tendance à contraindre leurs filles à des heures régulières d’allaitement, alors qu’aux garçons, elles donnent le sein à la demande…« . Il ne cite pas d’études à ce propos, mais l’affirmation montre en elle-même le poids culturel qui pèse sur comportement attendu des mères avec son enfant garçon ou fille dans notre société occidentale.

Cependant, il convient de noter que les éléments qui ont été le plus étudiés sont le taux d’allaitement entre garçon et fille, et la durée de l’allaitement. Pas la composition du lait, ni la quantité. Si dans certains cas la fréquence quotidienne des tétées a été comparée entre nourrisson garçon ou fille, aucune différence statistiquement pertinente n’a été constatée(10). 

Pour résumer, il n’y a pas de différence significative dans la qualité du lait humain, entre nourrisson garçon et fille (les études réalisées [(3) à (5)] sont contradictoires, et ont été réalisées avec des échantillons beaucoup trop faibles pour conclure). Quant à la quantité, elle dépend de la durée de l’allaitement, qui, elle, est souvent biaisée par le genre du bébé, en fonction d’aspects culturels et sociaux.

A titre personnel, je trouve, finalement, que le traitement médiatique de l’article sur le lait de vache n’est pas si injustifié que cela. Certes, on ne peut pas confondre les bovidés avec les humains, mais les auteurs de la publication jouent avec cette idée de biais chez les différentes espèces animales, en citant des études sur l’homme. Katie Hinde, militante pro-allaitement, a fait de sérieuses mises au point, mais semble croire qu’il existe une différence réelle entre lait pour garçon / fille (vous pouvez retrouver sa mise au point sur son blog « Mammals Sucks »). Au vue des différents articles que j’ai pu lire sur le sujet, il me semble qu’il est peu probable qu’on trouve de véritables différences universelles, qui prennent naissance dès la grossesse, comme c’est le cas chez les vaches holsteins (1). Et si elles existent, elles seront noyées dans d’autres, beaucoup plus importantes, d’ordre socio-économique (en lien avec la nutrition et l’état de santé de la mère), et culturelle (usages, durées de l’allaitement différentes entre garçon et fille). Prétendre que ce type de recherche pourra permettre une meilleure adaptation des laits artificiels ou donnés aux enfants est, pour moi, assez douteux.

 

(1) « Holsteins Favor Heifers, Not Bulls : Biaised Milk Production Programmed during Pregnancy as a Function of Fetal Sex« , K. Hinde et al. PLOS One 2014

(2) On pourra voir par exemple les articles repris dans les médias en ligne : Huffington Post, Les Échos, etc…

(3) « In poor families, mothers’ milk is richer for daughters than sons: A test of Trivers–Willard hypothesis in agropastoral settlements in Northern Kenya » M. Fujita et al.Am. J. Phys. Anthropol. 2012, 149, 52–59. 

(4)« Infant sex predicts breast milk energy content » C.E. Powe et al., Am. J. Hum. Biol. 2010, 22(1), 50–54.

(5) « Dynamics of human milk nutrient composition of women from Singapore with a special focus on lipids » S.K. Thakkar et al.  Am. J. Hum. Biol. 2013 early view

(6) « Natural selection of parental ability to vary the sex ratio of offspring » R.L. Trivers D.E. Willard, Science 1973, 179(4068): 90–92.

(7) « Local Resource Enhancement and Local Resource Competition shape primate birth sex ratios » J.B. Silk, G.R. Brown, Proc. R. Soc. B 2008 , 275, 1761.

(8) « Inde : la malédiction de naître fille » sur le site « Genre et Action ».  

(9) « Local Resource Enhancement and Sex-biased Breastfeeding in a Caribbean Community » R. J. Quinlan, M.B. Quinlan and M. V. Flinn, Current Anthropology 2005, 46(3), 471.

(10) On pourra regarder par exemple une étude réalisée en Suède : « Breastfeeding patterns in exclusively breastfed infants: a longitudinal prospective study in Uppsala, Sweden » A. Hörner et al. Acta Paediatrica 2007, 88(2), 203. Une autre, en zone rurale au Bangladesh : « Longitudinal Study of the Frequency and Duration of Breastfeeding in Rural Bangladeshi Women«  R. Ghosh et al. Am. J. Hum. Biol. 2006, 18, 630–638.

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique.

Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.

This entry was posted in Non classé, santé, Science et Genre and tagged , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to [Science et Genre] #2 Du lait qui dépend du sexe du bébé…

  1. Pingback: Allaitement | Pearltrees

  2. Merci pour cet excellent article dont la conclusion me semble très pertinente. Je crois en effet que les différences culturelles dans le traitement des bébés garçon ou fille suffisent à elles seules à nourrir la réflexion, en attendant la validation d’une quelconque et hypothétique différence dans la qualité du lait.

  3. Et pourrais-je à cette occasion redire à quel point il est rassurant de voir que certains se donner la peine d’aller chercher la validation scientifique (ou non !) d’articles écrits à l’emporte-pièce et largement repris dans la presse ? Merci merci merci.

  4. Pingback: [Science et Genre] #2 Du lait qui dépend...

  5. Seb says:

    J’aime beaucoup cette article mais j’ai un petit désaccord avec ceci :
    « Pour résumer, il n’y a pas de différence significative dans la qualité du lait humain, entre nourrisson garçon et fille… »

    De ce qui est écrit dans cet article ou peut dire qu’aucune différence significative n’a été trouvée. Il n’en reste pas moins qu’il y a peu de résultats pour annoncer définitivement l’absence de différence.

    Merci beaucoup pour cet article

  6. Pingback: Documentation | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *