Revue de quelques armes chimiques… #1 : le dichlore

La notice Wikipédia sur les armes chimiques est bien supérieure à ce que je pourrais en dire, d’un point de vue historique, juridique, et politique. Cependant, il est relativement peu question des composés chimiques utilisés, de leurs particularités, et de leur toxicité. Et c’est à travers quelques exemples de ce que l’humanité a pu faire de pire, que je souhaitais faire un point sur cet aspect chimique et biologique de ces armes de destruction massive, puisque depuis quelques années, elles font parties de cette catégorie.

Evidemment, tout le monde aura en tête le conflit qui dure en Syrie depuis plus de 2 ans maintenant. Mon opinion importe peu, mais je pense avec une immense tristesse à tous ceux qui souffrent dans cette région du monde. Leur sang est rouge, comme le notre. Et à jamais, Jacques Prévert a raison : « La guerre, quelle connerie ! « .

Alors voilà, les armes chimiques, c’est une déclinaison, ni plus ni moins, de toutes les armes, faites pour tuer, blesser, handicaper l’ennemi. Commençons la petite revue des horreurs…

 Le chlore… Ou plutôt le dichlore

Une molécule simple, aux effets désastreux… Le dichlore, c’est la molécule Cl – Cl . Elle est produite en quantité astronomique par l’industrie chimique, en réalisant l’électrolyse de l’eau salée… Oui, vous savez bien, le sel, c’est le chlorure de sodium, c’est-à-dire l’assemblage d’ions sodium (Na^{+} ) et chlorure (Cl^{-} ). Bref, on prend de l’eau salée, on met deux électrodes dedans, et un courant et une tension suffisante, on obtient d’un côté du dihydrogène (H_{2} ), et de l’autre, du dichlore (Cl_{2} ).

2H_{2}O + 2Na^{+} + 2Cl^{-} \rightarrow 2NaOH+ Cl_{2}

Facile, non ? Ah, au fait, il y a encore plus simple : Ajoutez de l’anticalcaire dans vos toilettes, juste après avoir mis de l’eau de Javel… C’est très drôle, on a, lorsqu’on en met beaucoup, un joli nuage jaunâtre qui apparaît… Et vous suffoquez… La réaction n’est pas utilisée pour synthétiser ce gaz, mais c’est la cause principale d’intoxication au dichlore de nos jours…

2HClO + 2H^{+} \rightarrow 2H_{2}O+ Cl_{2}

La toxicité du dichlore est liée à ses propriétés oxydantes. En fait, chaque atome de chlore dans la molécule Cl – Cl va prendre aux molécules qui l’entoure un électron, pour former l’ion chlorure Cl^{-} , qui lui est beaucoup plus stable. Résultat, le dichlore va réagir en particulier avec l’eau, pour former des espèces sacrément corrosives : l’acide chlorhydrique H-Cl et l’acide hypochloreux HClO. Et ce sont ces espèces qui vont ronger les muqueuses, nez, bouche, bronches. En quantité suffisante, on finit par saigner du nez, on tousse du sang, et on finit par mourir d’un oedème pulmonaire, après avoir beaucoup souffert de brûlure et de suffocation. Bien sûr, les multiples lésions créées par le chlore peuvent aussi être le siège d’infections variées… Il n’y a pas d’antidote. La prise en charge est symptomatique, en fonction de la gravité de l’intoxication.

Mais ce n’est pas une arme chimique très efficace : on peut s’en protéger facilement…  En fait, comme le dichlore est très réactif, il est aisé de le détruire avant qu’il ne pénètre dans l’organisme. Par exemple, un chiffon imbibé d’eau dans laquelle a été dissout du bicarbonate de soude permet de neutraliser le gaz : le dichlore réagit avec l’eau pour donner les acides cités précédemment, qui vont réagir à leur tour avec le bicarbonate, donnant des espèces chimiques bien plus tolérées par l’organisme (même si l’ion $latex ClO^{-} $ formé avec l’acide hypochloreux, c’est quand même le composant principal de l’eau de javel…pas terrible).

Ce gaz a surtout été utilisé pendant la première guerre mondiale : profitant d’un vent favorable, des bouteilles en acier remplies de dichlore étaient ouvertes en face des lignes ennemies, qui voyaient venir à eux les vapeurs mortelles… Ça a fait beaucoup, beaucoup de mort les premières fois, mais très rapidement, les soldats ont su s’en protéger, en particulier en imbibant des foulards avec de l’urine, qui permet aussi de neutraliser le gaz (en formant des chloramines, qui sont aussi hyper toxiques, mais moins dangereuses que le dichlore lui-même). Le site internet « la guerre des gaz » est très riche en information sur le sujet…

La "guerre des gaz" dans les tranchées (source : wikipédia)

La « guerre des gaz » dans les tranchées (source : wikipédia)

Depuis, on a inventé nettement mieux, ou plutôt nettement pire. Le phosgène, utilisé lui aussi pendant la 1ere guerre mondiale, l’agent orange, le gaz sarin, la ricine… Mais pour finir ce billet, un peu de musique salvatoire :

Sources :

 

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique.

Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.

This entry was posted in chimie, Non classé and tagged , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to Revue de quelques armes chimiques… #1 : le dichlore

  1. Pingback: Revue de quelques armes chimiques… #1 : ...

  2. Yeti says:

    Jacques Prévert plutot que Jacquard pour la citation non ?

  3. Pingback: Revue de quelques armes chimiques… #2 : le phosgène | Pourquoi le ciel est bleu…

  4. Pingback: Doura-Europos, un cas de guerre chimique il y a 1800 ans | le Bloug

  5. Pingback: Doura-Europos, un cas de guerre chimique il y a 1800 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *