>Question 14 : La bière a-t-elle réellement des propriétés diurétiques ?

>Evidemment, en cette periode estivale, et après mes histoires de femmes allaitantes qui boivent de l’alcool, la question devenait évidente. Merci à Bakalegum de l’avoir posée.

La première idée qui m’est venue, c’est que cette boisson est assez faiblement alcoolisée, qu’on en boit beaucoup, donc forcément, on ingère beaucoup d’eau, et que celle-ci doit bien ressortir par quelque part. Je demande à tous les vrais buveurs de bière d’excuser mon ignorance : cette explication ne suffit pas. La bière est réellement un diurétique. Cela a été vérifié par un grand nombre d’entre nous, mais aussi de manière plus quantitative, en particulier après des efforts physiques, par l’équipe du Pr Debry à l’université de Nancy.
La question ensuite est de savoir qu’est-ce qui rend la bière diurétique.

Première hypothèse évidente : c’est l’alcool, dont l’action diurétique est très connue, qui est responsable.
Rappelons (ce que je ne savais pas avant de me renseigner pour ce post) que l’éthanol est un antagoniste de la vasopressine, hormone antidiurétique, et empêche ainsi la ré-absorption de l’eau au niveau des reins. Je ne résiste pas à la tentation d’en dire 2 mots de plus : le principal mode d’action de cette hormone est d’accroître la perméabilité des tubes collecteurs : en gros, l’urine, secrétée dans les reins, est collectée par des tuyaux, en direction de l’uretère, Mais ces tuyaux sont poreux et permettent la ré-absorption de l’eau par l’organisme. La vasopressine déclenche l’augmentation du nombre de pore dans ces tuyaux, l’eau s’échappe, et le volume d’urine se voit diminué.

Bon, ça c’est connu, et à cause de l’alcool on se deshydrate, et le lendemain on a mal au crâne.
Alors en fait, pour la bière, cette hypothèse a été évaluée en faisant boire à des personnes de l’eau, de la bière avec, ou sans alcool. Le pouvoir diurétique a été mesuré en évaluant la quantité d’urine excrétée, et le constat est sans appel. Les bières sont diurétiques, et la différence entre elles n’est pas très significative. Bref, exit l’alcool ! il faut chercher ailleurs.

Reste le houblon. Pourquoi ? Parce que. Cette plante apporte à la bière son goût son amertume, une certaine stabilité et aseptie. D’après de nombreux sites qui vendent du houblon à visée phytothérapeutique, le fruit conique du houblon serait aussi… diurétique. Ouf ! on y est arrivé. Le seul problème, c’est que je suis en manque de source dont la fiabilité est à toute épreuve sur cette fameuse propriété. Un indice peut-être : le houblon contient un tas de substances biologiquement remarquable, et en particulier une large gamme de flavonoïdes. Ces espèces chimiques, connues principalement pour leurs propriétés anti-oxydantes, seraient aussi diurétique… A suivre !

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in chimie, Non classé, viepratique. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *