L’extrême-droite : l’alliée naturelle des pseudo-sciences et de l’obscurantisme

« Le maire de Béziers (proche FN) s’apprête à faire tester par 30 agents municipaux volontaires des « patchs anti-ondes » fournis par une entreprise locale.« 

R. Ménard (AFP Photo/ P. Guyot)

R. Ménard (AFP Photo/ P. Guyot)

C’est par ces quelques mots qu’est résumé un article dans MetroNews, sur « l’initiative » de Robert Ménard, qui veut faire tester des pendantifs GINKO CONTROL aux employés de sa mairie. J’avoue avoir éclaté de rire. Les pastilles anti-ondes « Ginko Control », je m’en étais moqué dans un article précédent. Mais lorsque c’est Ménard qui en fait la pub, celui-même qui s’est illustré il y a quelques jours pour des statistiques pseudo-ethniques mais réellement islamophobes dans les écoles de sa ville, là, ça devient hilarant, et inquiétant à la fois.

Dans le même temps, c’est le Professeur Joyeux qui lance une pétition contre la pénurie de vaccins trivalents, c’est-à-dire qui ne concernent que les trois maladies à vaccination obligatoire, Dyphtérie, Tétanos, et Poliomyélite.

Pr. Henri Joyeux

Pr. Henri Joyeux

Effectivement, aujourd’hui, ce sont des packages qui concernent 5 ou 6 maladies qui sont principalement vendus. Certains parents souhaitent, et c’est leur choix, ne pas multiplier les vaccins. La solution de repli (2 vaccins, un pour D.T., un autre pour Polio) existe, est gratuite, mais est moins connue et moins proposée par les médecins, d’où un sentiment de pénurie… L’article de Rue89 est bien fait sur la question, d’autant qu’il montre que les raisons invoqués par le Pr Joyeux contre les vaccins sont les arguments classiques (toxicité, aluminium, lien avec cancers ou maladie neuro-dégénératives), qui ont été réfutés à de (très) nombreuses reprises par de (très) nombreuses études épidémiologiques. Henri Joyeux se présente comme un scientifique, ultra compétent, et très expérimenté. En utilisant des arguments largement réfutés, il manifeste une posture obscurantiste autoritaire, à grand renfort de « moi je suis compétent et je sais », et de « vous, scientifiques contre mes arguments, vous êtes à la solde de Big Pharma et du grand capital ». Henri Joyeux s’est fait remarquer ces dernières années pour des positions ouvertement homophobes, sa proximité avec le mouvement anti mariage gay « La Manif Pour Tous » (on pourra lire ce texte de Joyeux par exemple), et son traditionalisme catholique qui l’a amené à la présidence de l’association « Familles de France » , et qui se traduit en particulier par ses combats contre les moyens contraceptifs hormonaux et contre l’IVG (ben oui, d’après lui, ça donnerait le cancer ! On pourra lire ici l’éclairage du site prochoix.org …).

Outre ces deux exemples de personnalité qui incarnent le lien indéfectible entre l’extrême droite et les pseudo-sciences, il faudrait citer aussi les récentistes (« le moyen-âge n’a pas existé », et les datations au carbone 14 ne sont qu’une mascarade !) comme Pierre Dortiguier, proche du « national-socialiste » Alain Soral (voir cet article de Rue89), ou encore les créationnistes (peu nombreux encore en France, « Dieu Merci » ! ) du Tea Party américain. Il serait aussi intéressant de lire l’article d’Alexandre Moatti sur un drôle de débat mené par Henri de Lesquen, président d’une radio de la « droite radicale », où tour à tour sont évoqués les bienfaits de l’amiante, « l’obscurantisme » des scientifiques français de ces dernières années, le « prétendu » réchauffement climatique, et « le grand historien négationniste » Faurisson…

Histoire, santé, climatologie, évolution… Peu de domaines sont épargnés par ces obscurantistes ou pseudo-scientifiques venus de l’extrême-droite. Cependant, deux raisons me semblent centrales pour expliquer cela : l’héritage traditionaliste, voire pétainiste de ce bord de l’échiquier politique, ainsi que son populisme à visée électorale.

L’obscurantisme, seul allié du racisme, du sexisme, de l’homophobie

Il est bien difficile de nos jours d’utiliser la science pour promouvoir une idéologie raciste/ sexiste/ anti-LGBT (Lesbien, gay, bi- et trans-sexuel), comme il est bien difficile de trouver des arguments en faveur de la création du monde par Dieu en 7 (ou plus) jours… Ainsi, lorsqu’une personne se revendiquant de la sphère savante expose des arguments bien tournés, feignant citer des études scientifiques respectables et des illustres prédécesseurs, elle est reçue les bras grands ouverts, et érigée comme caution scientifique (et morale !) de ces idées nauséabondes. On a ainsi vu des « sexologues » comme Thérèse Hargot (Voir son blog, si le coeur vous en dit) intervenir en faveur des arguments de La Manif Pour Tous (voir un article sur cette personne par Mme Déjantée), tout comme le Pr. Joyeux. On a entendu aussi cet évêque d’Orléans, André Fort ré-affirmer, avec soi-disant des études à l’appui, que le VIH passait au travers du préservatif (on lira cet article de Libé, où on apprend aussi que cette personne est très proche des milieux anti-IVG…).

Le négationnisme historique fait partie de l’ADN (d’une certaine) extrême droite. Il est donc naturel, qu’en plus des déclarations sulfureuses de responsables politiques (tellement innombrables qu’on ne peut même plus les citer), des individus se revendiquant des sphères savantes soient érigés en héraut de la « vraie » histoire. Gilbert Collard (député apparenté FN) applaudit à deux mains sur son blog les propos de E. Zemmour qui prétend que « Pétain a sauvé des juifs », pendant que Robert Faurisson, ancien universitaire (en littérature contemporaine), condamné pour provocation à la haine raciste et pour négation de crime contre l’humanité, est depuis les années 70 l’Historien qui dit vrai, contre la bien-pensance…

Ces obscurantismes me semblent liés à la mouvance traditionaliste de l’extrême droite. On y retrouve les idées les plus sombres qui ont agitées l’histoire de notre pays (l’antisémitisme, le fascisme), comme les idées les plus arriérés des extrémistes catholiques (homophobie, anti-avortement et anti contraception). À mes yeux, il s’agit d’idées véhiculées et diffusées par « l’élite » de cette droite identitaire, qui ressent manifestement le besoin de s’acheter une certaine respectabilité, en convoquant des figures d’autorité plus ou moins savantes, plus ou moins universitaires. Les hurluberlus de la Manif Pour Tous, par exemple, font partie de cette « élite », qui ne représente pas l’électorat classique « populaire » de l’extrême droite, mais plutôt les classes aisés catholiques traditionalistes. Bref, c’est un obscurantisme qui opère un mouvement descendant, depuis les dirigeants jusqu’aux militants, puis aux sympathisants.

Les théories pseudo-scientifiques :  un point de rencontre du populisme à visée électorale, et de la méfiance envers les élites « officielles »

La distinction entre obscurantismes et pseudo-sciences ne peut qu’être partielle, l’un se nourrissant de l’autre. Par exemple, lorsqu’on défend la falsification de l’histoire de la seconde guerre mondiale, on ne peut qu’être séduit par les théories récentistes pour lesquelles 800 ans – le moyen âge – ont été artificiellement, et récemment « ajoutés ». Néanmoins, il me semble que le point de convergence entre l’extrême droite et ces théories fumeuses est d’une autre nature.

La Science et les Scientifiques se sont très souvent positionnés (et se positionnent parfois encore) CONTRE l’opinion populaire. En inventant la « méthode scientifique » dont les résultats invalident certaines pratiques, et réfutent certaines idées reçues, la science moderne a pu s’éloigner des intuitions et des croyances. Mais ce faisant, elle s’est auto-instituée valeur morale, condamnant à la fois les charlatans qui promeuvent ces pseudo-sciences et les personnes qui y croient.* Les personnes inquiètes des « dangers » des vaccins ne sont souvent pas bien mieux loties que les personnes qui vendent leurs idées anti-vaccinales ! Leurs questions restent souvent sans réponses rationnelles de la part des pro-vaccins, et leurs inquiétudes se retrouvent balayées par un argument d’autorité. Ce genre de comportement approfondit considérablement le fossé entre la science « officielle », c’est-à-dire pratiquée et défendue par les élites sociales et culturelles, et une science « populaire », qui apporterait à tout des réponses « de bon sens ». Dans le contexte d’une crise de confiance avec les élites, entretenue par la collusion entre puissances financières, décideurs publiques et acteurs scientifiques qui est ressentie, la recherche de la Vérité qui serait cachée, ou de la Vérité qui serait ailleurs séduit tous ceux qui se sentent exclus des cercles de pouvoirs.

C’est justement cette exclusion, bien réelle au demeurant, qui est mis en avant par les mouvements d’extrême-droite, Front National en tête. En dénonçant « le système », en dénonçant les lobbys (étrangers, juifs, franc-maçons, islamistes, etc…), les élites (parisiennes, les énarques, etc…), ces partis s’adressent au même public que les promoteurs de la science « alternative ». La jonction s’effectue naturellement, à travers des théories complotistes, ou des messages de sympathies d’une partie ou d’une autre…

Les exemples sont nombreux. On les trouve davantage sur des sites de groupuscules beaucoup moins institutionnels que le FN, mais non moins terrifiants…

Ici, sur le site « Nouvel Ordre Mondial », on trouve par exemple un article édifiant sur le fait que « Les électeurs du Front National sont les plus intelligents » et on découvre un graphique montrant que le QI moyen d’un frontiste est de 130, avec un témoignage édifiant d’une militant « ingénieur de haut niveau » « en moteur à énergie libre » (une histoire de moteur perpétuel… Encore et toujours… Je vous invite à lire cet article de Dr Goulu sur ce type de technologie).

Là, sur le site du « Réseau Voltaire », créé par T. Meyssan (l’auteur du fameux livre « l’effroyable imposture » qui est censé démontré l’inexistence des attentats du 11 septembre). On apprend que l’OMS et l’UNICEF ont volontairement stérilisés des populations entières sous couvert de campagne de vaccination. Le lien avec l’extrême droite est réel, et transparaît dans les interviews de Meyssan à propos des manifestations pour les manifestations « jours de colère« , et du Front National.

Là encore, sur le site « Égalité et réconciliation », géré par Alain Soral (antisémite et conspirationniste notoire, qui vient de créer son parti avec Dieudonné), c’est l’esclavagisme aux USA qui est remis en question.

Là toujours, sur le site « les matriciens », c’est de la pseudo-anthropologie simpliste, condamnant Claude Levi-Strauss, Françoise Héritier (ces « pseudo-anthropologues » du Collège de France), le patriarcat des musulmans et des gens du voyage (source de consanguinité, et donc de tares génétiques), avant de faire l’éloge du renouveau matriarcal de la famille Le Pen (de Marine à Marion Maréchal Le Pen).

Il existe, hélas, beaucoup d’autres exemples. Il faut également souligner que certains mouvements de la gauche sont eux aussi concernés par les pseudo-sciences. Là où il y a matière à dénoncer, pour des raisons rationnelles, économiques et politiques l’industrie du nucléaire, ou encore le productivisme de l’agro-industrie, on retrouve des arguments faisant appel à l’irrationnel contre les OGM, contre « les ondes », etc… A l’extrême gauche, on trouve également des personnages sinistres tentés par le même conspirationnisme qu’à l’autre bout de l’échiquier politique. J’ose imaginer qu’ils sont moins nombreux, et surtout, qu’ils sont amèrement critiqués par d’autres. (On trouve par exemple sur le site des Morbaks Veners (sur la plateforme antifa.net) une liste impressionnante de sites conspirationnistes, complotistes, pseudo-scientifiques sans distinction d’orientation politique).

Je ne pourrais finir cet article sans lancer un plaidoyer pour une communication totale entre scientifiques et grand publics. Totale, c’est-à-dire où l’écoute est à double sens, sans complexes d’infériorité ou de supériorité, de la part des publics et des scientifiques. Où les deux parties sont amenées à co-construire les savoirs et les façons de les diffuser. Après tout, nous sommes tous experts dans certains domaines, et novice dans d’autres. Nous avons tous à apprendre de l’Autre, que cela soit dans les grandes Disciplines de la Science, comme dans toutes les autres facettes de la pensée Humaine. Cette alliance entre extrême-droite et pseudo-sciences témoigne aussi de cette hiéarchisation des savoirs et des personnes, source d’exclusion et de stigmatisation des « ignorants », et d’isolement des « élites culturelles ».

N.B. 1. J’ai conscience que les quelques réflexions présentes dans ce billet sont superficielles et même naïves, en raison de mon manque de culture historique, sociologique, et politique. Néanmoins, j’avais besoin de poser ça là, et j’espère que vous n’hésiterez pas à enrichir, contredire mes propos avec vos réflexions en commentaire !

N.B. 2 Les liens vers les sites d’extrême-droite ou conspirationnistes ont été réalisés grâce à « Do Not Link » : Ils n’améliorent pas leur visibilité et leur référencement par les moteurs de recherche.

* Parfois, les scientifiques officiels ont d’ailleurs pu utiliser des arguments aussi fallacieux que ceux des défendeurs des pseudo-sciences. Dans « La Science et l’Opinion Publique », B. Bensaude-Vincent raconte la condamnation par l’Académie Royale de Médecine en 1784 des pratiques de F.A. Mesmer, qui « soignaient » les foules grâce à des séances collectives de magnétisme. Finalement, c’est surtout « l’atteinte aux bonnes moeurs » qui est retenu pour interdire cette pratique.

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique.

Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.

This entry was posted in actualité, humeur, Non classé. Bookmark the permalink.

18 Responses to L’extrême-droite : l’alliée naturelle des pseudo-sciences et de l’obscurantisme

  1. GdeC says:

    Quand on ne cesse de dénoncer comme je le fais les ravages du complotisme, on ne peut qu’abonder dans le sens de cet article. Les zones grises du net, du genre des sites que vous ciblez (en prenant la précaution d’utiliser « do not link », contrairement à d’autres spécialistes de l’extrême droite qui ne font qu’augmenter la fréquentation des sites qu’ils critiquent avec des liens directs) ), de même que les sites dits de « ré-information », sont de très efficientes passerelles vers l’extrême droite et vous avez bien raison de pointer du doigt ce phénomène.

  2. Pingback: Hoax et rumeurs, sites de ré-information , pétitions en ligne : méfiez-vous de ces appâts d’extrême-droite | «les échos de la gauchosphère

  3. Si seulement c’était le seul fait de l’extrême-droite. Comme vous le mentionnez en fin d’article, la gauche a elle aussi eu sa part de théories du complot et de croyances pseudoscientifiques. Par exemple, la vaccination: je n’ai pas vu de chiffres à ce sujet en France, mais en Amérique du nord (États-Unis et Canada inclus) les mouvements anti-vaccination sont plus souvent campés à gauche qu’à droite. L’opposition au « Big Pharma » s’insère elle aussi davantage à gauche, tout comme toute association simpliste entre « la vilaine compagnie » et « le produit X » qui détruit la nature (ou la santé). http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2013/02/05/guerre-polarisation

    • Mr Pourquoi says:

      Merci Pascal. En effet, la gauche a son lot de personnes qui, au nom de la défense de l’environnement et de « principes de précaution » tout particulièrement, vont développer une rhétorique pseudo-scientifiques. Néanmoins, je vois deux différences (en France tout du moins) :
      – Pas de théories fumeuses et obscurantistes pour justifier de l’intolérance, du racisme, de l’homophobie, etc. chez les militants à gauche. Pas, non plus, de négationnisme historique. (ça n’a pas toujours été le cas. Lors de l’affaire Dreyfus, une partie de la gauche socialiste assimilait totalement les capitalistes avec les juifs, et était profondément antisémite)
      – Il me semble (mais c’est le sympathisant de gauche qui parle, évidemment), que le lien entre les acteurs de la gauche et les scientifiques n’est pas du tout rompu. Quand certains d’EELV (en France) divaguent sur les ondes, sur les OGM, sur l’aluminium, l’argumentation porte avant tout sur la fiabilité des études et des conflits d’intérêts. Pas sur un complot de la Science Officielle. Du moins c’est ce qui ressort de mes échanges avec de nombreux militants, de Michèle Rivasi (député européenne EELV) à des amis anarchistes et/ou écologistes.

  4. Laurent says:

    Quand même avec M. Rivasi, par exemple, on est dans le compot permanent (regarde leurs réactions aux critiques sur seralini.
    De même, pour m’être implique dans ce parti, une grande partie des militants refuse tout articles scientifique qui n’irais pas dans son sens. Leurs croyances aux associations tel que robin des toits est beaucoup plus forte….

    • Mr Pourquoi says:

      Si tu le dis… J’avoue que c’est un travail de longue haleine, mais je n’ai pas senti ce refus des articles scientifiques. Peut-être, finalement (j’avoue ne pas y croire), que je minimise inconsciemment la portée des pseudo-sciences à gauche par manque d’objectivité…

      • Laurent says:

        En faite la situation est complexe, et par exemple lutte ouvrière me semble très rationnel dans leur approche à la science, beaucoup plus que le frond de gauche. EELV sont très a part, liées au type de profils que tu retrouve chez les militants (beaucoup croient à l biodynamie, le danger des ondes…).

        Et je crois te rejoindre, c’a m’attrise beaucoup plus que les autres, car c’est vers la que mon coeur politique penche.

        Tu lis le blog de Yann lundi des fois ?

  5. Laurent says:

    Yann Kindo pardon (auto correction…)

  6. Pingback: L’extrême-droite : l’alli&eac...

  7. MRR says:

    Merci pour ce billet, que nous t’encourageâmes à écrire via Twitter.

    Je rejoins certains commentaires sur les tendances anti-science chez nombre d’écologistes. Mais je connais trop mal l’extrême droite pour comparer.

    J’aime beaucoup ta division en anti-science traditionaliste et complotiste. Il me semble qu’on pourrait étendre cette grille de lecture à l’ensemble des tendances politiques. Par exemple, certaines tendances du mouvement écologiste participent je pense de l’idéalisation du passé, donc du traditionalisme, ce qui est par contre très étranger à la plupart de leurs alliés à gauche. Par contre beaucoup de mouvements extrémistes partagent une approche complotiste me semble-t-il.

    Ca reviens au test « climat et OGM »
    http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2014/04/18/un-site-web-est-il-scientifiquement-serieux-le-test-ogm-climat/

    Toutes remarques à prendre pleines de grains de sel : je connais très mal la plupart de ces milieux, sauf via internet (et souvenirs d’années étudiantes).

  8. En effet, comme tu le dis, l’association entre pseudosciences et racisme est propre à l’extrême-droite. Et ceci nous révèle quelque chose de très important, qui ressort d’ailleurs de ton analyse: l’idéologue va utiliser la science pour justifier sa croyance, et non le contraire. Autrement dit, la croyance domine (ici, le racisme), et cette personne va chercher des « faits » pour se conforter dans sa croyance.
    Or, c’est là un phénomène psychologique (voire neurologique, si j’en crois des recherches récentes) propre à tout le monde. Donc, il ne faut pas s’étonner que certains, parmi les plus férocement campés à gauche, utilisent eux aussi la science pour justifier leur croyance.
    Joli reportage à ce sujet que j’ai bien aimé, en anglais, The science of why we don’t believe in science: http://www.motherjones.com/politics/2011/03/denial-science-chris-mooney
    Qui contient un passage dérangeant: « si vous voulez trouver des militants anti-vaccination, vous n’avez qu’à fréquenter un magasin d’aliments biologiques ».

  9. Louis Le Tendre says:

    « il vaut mieux ne rien savoir que d’avoir dans l’esprit des idées fixes appuyées sur des théories dont on cherche toujours la confirmation en négligeant tout ce qui ne s’y rapporte pas »
    Claude Bernard, in « Introduction à l’étude de la médecine expérimentale », cité sur http://www.cosmovisions.com/

    Tour est dit !

  10. Hans says:

    Étant moi-même réactionnaire à bien des égards (et même estampillé d’extrême droite par certains de mes anciens collègues d’université) je me montre plus réservé que vous Mr Pourquoi. Pour autant nul doute que certains de vos exemples sont on ne peut pas plus pertinent tout comme je ne mets pas en doute votre honnêteté et votre bonne foi comme le montre vos précisions à la fin de votre article.

    En fait je ne nie pas que parmi les extrémistes de droite et autres réactionnaires on trouve des exemples de pseudosciences particulièrement gratinés, j’ai moi-même par exemple consacré plusieurs articles à réfuter certaines âneries racialistes. Mais je pense que le problème est plus vaste. Par exemple autant je m’oppose aux imbécilités racialistes faisant du métissage un chose horrible qui détruirait la biodiversité humaines (âneries que l’on trouve sur de multiples sites racialistes) autant j’ai du mal avec certains progressistes affirmant que le métissage serait à encourager car biologiquement sain. Car dans les deux cas il s’agit de mobiliser grossièrement la science au nom d’une idéologie avant tout politique et sociale. C’est là le nerf de la guerre, car mobiliser la science de façon maladroite (en voulant rationaliser et rendre naturellement bon ou mauvais un objet de discussion sociale) demeure une démarche fallacieuse quelque soit l’idéologie de départ, que l’on adhère à celle-ci ou non.

    Or je pense qu’à un moment où à un autre nous sommes tous tentés de nous adonner à cette démarche fallacieuse sources de confusions. Et je ne pense pas que cela soit propre à la seule extrême droite ou aux seuls écologistes.

  11. Yeti says:

    Dans le cas de Robert Ménard, ne repond-il pas simplement à une demande et attente de la population (et un besoin de se faire médiatiser) pour son histoire de patch anti-onde ? Je suis d’avis qu’il ne connait rien aux ondes et s’en contrefiche totalement.
    Habituellement, la croisade anti-onde est plutot ancrée à gauche, anti-capitaliste, anti-science, tout ça…

  12. Mr Pourquoi says:

    Merci pour ces nombreux commentaires. À vous lire, je vois qu’une opinion est très partagée : les sciences, et pseudo-sciences sont largement exploités au service des idéologies portées par les militants politiques. Dénoncer l’extrême-droite pour sa complaisance envers des théories fumeuses ne me semble pas inutile, mais ce serait malhonnête de ne pas dénoncer les idées véhiculées par les autres partis.

  13. Pourquoi utiliser ce site donotlink.com et pas en html directement l’attribut « nofollow » ? Je veux dire, vu que le support google précise que son moteur de recherche respecte l’attribut « nofollow », ça apporte quoi de plus ? Masquer le lien à 100 % pour l’utilisateur ?

  14. Yvan Dutil says:

    Pour moi, c’est le même problème à gauche et à droite. La racine du mal vient du fait que la politique (et le pratique commerciale d’enseignement des sciences humaines et des lettres) est basée sur le flattage d’égo et que la science c’est exactement le contraire.

    Les gens n’aiment pas se faire dire qu’ils ne comprennent pas, surtout après s’être fait dire pendant des années qu’ils sont libres de faire leur choix et de penser par eux-même. On ne va pas se laisser dire par le scientifiques quoi croire quand même!

    De plus, avec la faible participation électorale, les partis politiques se retrouvent à courtiser les franges les plus extrémistes de la société, ce qui n’aide en rien la réflexion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *