Les télomères et la télomérase (1)

Ah, les télomères, et les télomérases. Rien à voir avec un quelconque lien de parentalité avec qui que ce soit. Par contre, il semblerait que c’est pas mal la mode, du côté des biologistes moléculaires et des chimistes. Va falloir expliquer tout ça maintenant, surtout quand Futura Science publie un petit billet sur les G-Quadruplexes en passant à côté des éléments les plus intéressants ! Alors c’est quoi, les télomères ? Le web scientifique regorge d’information sur ces extrémités des chromosomes, surtout depuis l’obtention du prix Nobel de médecine par Elizabeth H. Blackburn, Carol W. Gleider et Jack W. Szostak en 2009 sur leur étude, ainsi que l’étude de la télomérase.

Pour essayer en quelques lignes et schéma d’être clair, il faut d’abord se souvenir que l’ADN est constitué de 2 très longues molécules, formant les montants d’une échelle immense, où chaque barreau est constitué des fameuses « bases azotés ».

Vue d'artiste d'une portion d'ADN. On voit les deux brins, en bleu, reliés entre eux par les bases azotées.

Vue d’artiste d’une portion d’ADN. On voit les deux brins, en bleu, reliés entre eux par les bases azotées.

Si on prend un groupe de 2 brins d’ADN en entier, on a, grosso modo, ce qu’on appelle un chromosome. Oui, ces fameux X, Y, qui donnent notre sexe, ou chromosome 21 qui vont malheureusement parfois par 3 (et provoque la trisomie 21).

Alors c’est quoi, les télomères ?

Les chromosomes sont tous fait de la même manière : de l'ADN enroulé sur lui même, et condensé, à l'aide de certaines protéines...

Les chromosomes sont tous fait de la même manière : de l’ADN enroulé sur lui même, et condensé, à l’aide de certaines protéines…

Comme on le voit (mal) sur cette image, les extrémités du chromosome, qui sont les extrémités de la longue double hélice de l’ADN, sont appelés les télomères.

 Bon, maintenant, on sait où ils se trouvent. Ce qui est amusant/intéressant/passionnant (barrer les mentions inutiles), c’est que ces extrémités ont une structure toute particulière : la séquence des bases azotées qui composent l’ADN devient répétitive : cela dépend des espèces, mais par exemple, chez l’homo sapiens, un brin a la séquence TTAGGG qui se répète plusieurs centaines de fois [ Rappel inutile pour beaucoup : il existe au sein de l’ADN quatre bases azotés, dont la séquence constitue l’information génétique : A Adénine C Cytosine G Guanine T Thymine ]. L’autre brin a la séquence complémentaire, qui permet de former la fameuse échelle au complet. Enfin, pas tout à fait…

Reprenons un peu de la hauteur : les cellules sont bien faites, et, heureusement, toute une machinerie cellulaire est là pour protéger le patrimoine génétique des intrus, virus et compagnie, et pour réparer l’ADN endommagé. Les extrémités des chromosomes posent évidemment des soucis : Rien ne distingue un morceau d’ADN libre, potentiellement pathogène, de la fin ‘brutale’ du chromosome ! Des enzymes sont là pour dégrader alors cet ADN. Ou encore, d’autres enzymes pourraient « réparer » le chromosome en le greffant à un autre, en croyant reconnaître de l’ADN accidentellement coupé (et donc à ressouder illico) !

Alors comment les télomères protègent l’ADN ?

La plupart des procaryotes ont résolu le problème en ayant un ADN circulaire. Pour les autres organismes, il fallait trouver un moyen d’éviter ce problème. Et, évidemment, c’est là que les télomères interviennent.

Tout d’abord, cette structure est non codante (c’est à dire qu’elle n’est pas un gène, elle ne donne pas lieu à une traduction en ARN messager, puis protéines, etc.) et forme une horloge moléculaire : en effet, à chaque division cellulaires, les extrémités des chromosomes sont amputés d’un petit bout (quelques dizaines de bases) ; et lorsqu’il ne reste presque plus de séquence télomérique ( T-T-A-G-G-G-T-T-A-G-G-etc.), la cellule ne se divise plus (c’est ce qu’on appelle la sénescence). Le patrimoine génétique ne souffre donc pas des divisions successives, jusqu’à ce que la cellule stoppe sa reproduction.

Mais cela ne suffit pas. La structure des télomères permet de « cacher »  les extrémités de la longue double chaîne d’ADN, afin de prévenir de sa dégradation. Pour cela, un des deux brins est plus long que l’autre de 150 à 250 bases. Ce brin, riche en guanine (« G ») va pouvoir s’insérer dans la double hélice, en formant une boucle (appelée T-loop) :

A Le télomère avec le brin G ("G-Rich Strand") B La boucle T-Loop, avec formation locale d'ADN triplex C Ne soyons pas si naïf : cette strucutre T-Loop se forme en présence de protéines qui permettent de modeler la structure globale du télomère

A Le télomère avec le brin G (« G-Rich Strand »)
B La boucle T-Loop, avec formation locale d’ADN triplex
C Ne soyons pas si naïf : cette strucutre T-Loop se forme en présence de protéines (en jaune et vert)qui permettent de modeler la structure globale du télomère ( Source )

En formant cette boucle, l’ADN n’offre plus d’extrémité libre, et est donc protégée. Seulement, l’observation de ces structures est commune in vitro, mais pas si triviale in vivo, pose des problèmes de compréhension du mécanisme d’allongement des télomères (On y reviendra un peu plus tard, promis). Un assez large consensus se dégage néanmoins sur l’existence de ces structures in vivo.

Un autre type de structure de l’ADN a été aussi observé in vitro, et plus récemment in vivo : il s’agit des quadruplexes de guanine, ou « G-quadruplexes ». En fait, cet ADN riche en guanine peut se replier sur lui-même, en formant des « plateaux » formés de l’assemblage de 4 guanines :

On voit ici la formation des G-quadruplexes : ces structures peuvent se former à partir de 4 brins (B), 2 brins (C et D), ou un seul (E). Un ion occupe la partie centrale du "plateau" (source)

On voit ici la formation des G-quadruplexes : ces structures peuvent se former à partir de 4 brins (B), 2 brins (C et D), ou un seul (E). Un ion occupe la partie centrale du « plateau » (source)

 Ces structures semblent aussi se former dans les parties double brin du télomère, ou du reste de l’ADN, dès que la séquence est riche en guanine. Leur rôle n’est pas très clair : il semblerait qu’elles induisent plus rapidement la dégradation de l’ADN, et pourrait bloquer l’action de la télomérase, la fameuse protéine qui permet de rallonger les télomères.

Avant la suite de cet article, il est important de redire l’importance des protéines qui interagissent en permanence avec l’ADN : on le représente toujours « nu », comme une double hélice qui flotte dans le noyau de la cellule, alors qu’il est en permanence tordu, replié, enroulé, déroulé par ces protéines. Et au niveau des télomères particulièrement : le nombre de protéines qui interagit avec ces extrémités est impressionnant, et elles sont indispensables à la formation des différentes structures (T-loop, ADN triplex,…) des télomères.

Et les télomérases, alors ?

Un peu de suspense, ça sera pour la prochaine fois !

Sources :

Wikipédia

Riou et al., Bull. Cancer. 2005, 92(1), 13-22 (http://www.jle.com/fr/revues/medecine/bdc/e-docs/00/04/10/33/article.phtml)

Riou et al. Bull. Cancer 2003, 90(4), 305 (http://www.jle.com/fr/revues/medecine/bdc/e-docs/00/03/F9/49/article.phtml?fichier=images.htm)

http://www.ch.ic.ac.uk/local/projects/burgoine/origins.txt.html

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in Non classé, Science de la vie and tagged , , . Bookmark the permalink.

16 Responses to Les télomères et la télomérase (1)

  1. Tom says:

    Un ADN circulaire chez les eucaryotes ? Chez les procaryotes plutôt…

  2. Xochipilli says:

    ‘tain j’ai rien compris. Pourquoi un des deux brins de télomère a plus de Guanine et pas l’autre (il y en a bien deux, ou j’ai vraiment rien de rien compris?;-)? Et à quoi ça sert la séquence particulière dans les télomères puisqu’elle n’est pas codante: elle est reconnue? Et puis pourquoi les télomères se raccourcissent à chaque division cellulaire? Bon j’arrête avec mes questions…

    • Mr Pourquoi says:

      Ouh là, j’ai vraiment dû être pas clair du tout… Et ne pas me poser toutes les questions ! Je vais déjà essayer de répondre à toutes tes questions… Au prochain commentaire.

    • Mr Pourquoi says:

      Bon, je vais essayer de répondre : Il y a bien deux brins dans les télomères, même si un des deux est plus long d’environ 200 bases. Et c’est celui riche en Guanine. L’intérêt de cette séquence répétitive, non codante, c’est d’une part, je pense, de permettre d’être reconnue malgré un raccourcissement à chaque division, et d’autre part de permettre l’invasion du double brin par la partie mono-brin pour former la T-loop. Ce mono-brin a justement exactement la bonne séquence pour cela, et peut donc se lier efficacement au reste de l’ADN télomérique, et ainsi créer une structure stable.
      Dernière question : pourquoi les télomères se raccourcissent à chaque division : la faute à l’ADN polymérase qui permet de dupliquer l’ADN : apparemment, cette protéine n’est pas très douée pour commencer et finir un tricot : elle oublie toujours quelques dizaines de bases !!
      J’espère que cela t’éclaire, et que mon billet n’était pas si mauvais que ça…

  3. Xochipilli says:

    Merci Mr Pourquoi pour tes explications, c’est un peu plus clair (je vais quand même relire ça à tête reposée 😉

  4. Pingback: Les télomères et la télomérase (2) | Pourquoi le ciel est bleu…

  5. noura says:

    j’ai rien compris pour quel raison ces télomérases existe ?

    • Mr Pourquoi says:

      En fait, l’organisme a besoin que certaines cellules soient, momentanément ou définitivement, immortelles : c’est le cas des cellules germinales par exemple, qui donnent naissances aux gamètes (spermatozoïdes et ovocytes). C’est le cas aussi durant l’enfance d’un très grand nombre de cellules, qui doivent se multiplier de façon importante jusqu’à l’âge adulte. Mais tu touches du doigt une question d’importance : ne risque-t-on pas de rendre définitivement stérile une personne en inhibant ses télomérases ??

  6. Pingback: [Flash Info Chimie] #16 Cibler les quadruplexes de guanine | Pourquoi le ciel est bleu…

  7. Pingback: Montre-moi tes télomères, et je te dirai combien de temps tu vivras | ▇ ▅ █ ▅ ▇ ▂ ▃ ▁ ▁ ▅ ▃ ▅ ▅ ▄ ▅ ▇

  8. Pingback: Montre-moi tes télomères, et je te dirai combien de temps tu vivras | Science étonnante

  9. PEARL says:

    comment les télomerase sont elles utiliséer contre les cellules cancéreuser ?

  10. Pingback: Quand les conditions de vie impactent le génome | Les Vendredis Intellos

  11. Pingback: Quand les conditions des premières années de vie impactent le génome | Le Monde et Nous

  12. Robin Bertrand says:

    Ok, donc en gros, les télomères sont des « bouchons biologiques » qui évitent que l’ADN soit endommagé.

    Ceux-ci se dégradant au fur et à mesure des mitoses, léguant aux cellules filles des télomères plus petits ou parfois inexistants induisant alors une sénescence de la cellule.

    Quant est-il de la méiose ? Les gamètes sexuels présentent-ils des télomères complets ? Ce serait obligatoire s’il y a fécondation afin de ne pas « refourguer » des brin d’ADN déjà usés. Alors quid de ce phénomène ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *