Les plantes, et leurs poisons (6) : le genre Strychnos

Comment faire des billets sur les poisons, sans évoquer toute une famille de végétaux, qui a donné les poisons les plus connus et formidables : le curare et la strychnine !

Le genre « Strychnos » représente près de 200 espèces recensées, dans toutes les zones tropicales du monde, depuis l’Australie jusqu’à l’Amérique du Sud. Parfois petits arbres, parfois lianes, elles produisent quasiment toutes du poison. Et pas n’importe lesquels !

L’espèce la plus connue est sans doute le vomiquier; qui est, une fois n’est pas coutume, plus connu sous son nom latin Strychnos Nux Vomica

Strychnos Nux Vomica

En fait, en général, ce qu’on connaît de cette plante, c’est plutôt ça :

Ah oui, là, tout de suite, ça vous dit quelque chose ! Merci Boiron !!

Sérieusement, dans les graines de cet arbre se cache la fameuse strychnine :

Maintenant que vous êtes familier de la façon dont les molécules sont représentées, celle-là ne doit pas vous faire trop peur… Sa complexité s’exprime surtout à travers les multiples cycles (i y en a 7 sur cette si petite molécule !) (cycle =  chaîne cyclique d’atome) qui sont fusionnés. Et même si sa première synthèse totale date de 1954 [Par l'équipe du grand, de l'immense R.B. Woodward], elle est toujours une source d’inspiration pour les chimistes. [D'après Google Scholar, la dernière proposition de synthèse totale est de 2010].

Synthèse totale ? Ah, je ne vous ai pas encore dit ? Les chimistes sont des grands enfants. Ils adoooorent se lancer des défis. En fait, il y a une classe à part de chimistes, qui cherche dans la nature de nouveaux produits. Ils finissent par les trouver, établir leurs structures, et les publient dans des journaux spécialisés, comme le Journal of Natural Products. Cela équivaut à une provocation : « Le premier qui arrive à réaliser la synthèse de ce composé, à partir d’autres, plus simples et déjà connus a gagné !! » [C'est ça, la synthèse totale !!] Et même si c’est parfaitement puéril, des dizaines d’équipes de chercheurs se lancent aussitôt dans l’aventure. Un des plus connus actuellement, c’est K.C. Nicolaou, au Scripps Institut. Complètement mégalo, il n’a pas moins proposé les plus impressionnantes synthèses totales de ces 20 dernières années…

Bon, revenons à notre strychnine. Comme beaucoup de poison, il s’agit d’une neurotoxine, c’est-à-dire qu’elle va agir au niveau du système nerveux. Plus précisemment, ce sont les récepteurs à glycine qui sont visés. Ces deux dernières espèces chimiques sont des neuro-médiateurs, et doivent se fixer sur leurs récepteurs, afin de permettre au message nerveux de se propager d’un neurone à un autre. La strychnine est un antagoniste de ces récepteurs, c’est-à-dire qu’elle va se fixer à la place du neuro-médiateur normal, bloquant ainsi l’accès. Le soucis, en particulier dans le cas des recepteurs à glycine, c’est qu’ils jouent un rôle fondamental dans la dé-contraction des muscles. Une personne empoisonnée à la strychnine va donc voir tout ses muscles hyper-tendus, et va décéder dans d’atroces souffrances d’étouffement, ne pouvant plus décontracter sa cage thoracique pour respirer…

Ah, j’oubliais : 100 mg, et un homme y passe. Plutôt efficace, comme poison. Mais [Ouf de soulagement] Au moins, on ne le trouve pas dans nos jardins comme les exemples précédents ! (Vous vous souvenez ? la cigüe, le muguet, le ricin, le tabac, et l’if …) . Enfin, on ne le trouve plus ! Parce que strychnine a servi jusqu’en 1999 comme mort au rat !

Sources : Wikipedia bien sûr !

Et au prochain épisode, le curare, issus de végétaux du même genre Strychnos !

 

This entry was posted in chimie, Non classé. Bookmark the permalink.

4 Responses to Les plantes, et leurs poisons (6) : le genre Strychnos

  1. Pingback: Les plantes, et leurs poisons (6) : le genre Strychnos | C@fé des Sciences | Scoop.it

  2. Ethaniel says:

    Héhé, ça commence à faire une jolie série d’articles =).

    Par contre, je ne compte que 6 cycles au lieu de 7 : où se trouve le dernier ?
    Le fait que le « pentagone ouvert » en haut à droite se connecte à l’hexagone en haut à droite sur deux C en para compte-t-il double dans le sens où il intervient dans deux cycles à 8 C n’ayant que 6 C en commun ?

    • Mr Pourquoi says:

      Euh… Pentagone ouvert ? Je ne vois pas trop ce que tu veux dire. Il y a bien 7 cycles, dont 3 qui ont en commun l’azote en haut. Si ça peut répondre à ta question !
      Oui, ça fait quelques billets sur les poisons maintenant… Et j’en ai au moins 2 autres déjà prêts… dans ma tête ! Mais parfois, je regrette de ne pas les étoffer beaucoup plus, avec anecdotes historiques, références littéraires (ah, la strychnine dans les Agatha Christie !), biosynthèse et synthèse totale, etc…

      • Ethaniel says:

        Oh ! D’accord, ça y est, je vois !
        En fait, je croyais que l’azote au nord, situé au-dessus du plan général, était un NH2 implicite situé juste à l’aplomb d’une liaison C-C entre le C le plus au nord et le C le plus au nord-est, liaison dont l’interruption par le N n’était que visuelle.
        Oh là là, grossière erreur de ma part, maintenant c’est bon, je vois bien 7 cycles si je lie correctement le N à chacun des 3 C voisins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>