Les plantes, et leurs poisons (2) : le muguet de mai

Ah, le joli muguet qu’on offre le 1er mai… Cadeau empoisonné, oui !!

 

Le muguet contient un poison, la convallatoxine, faisant partie de la classe des digitaliques, appelés aussi glycosides cardiotoniques. Contrairement aux alcaloïdes qu’on a vu la dernière fois, et qui regroupent tout et n’importe quoi, ces glycosides sont déjà des molécules complexes à la structure très spécifique.

 

On voit deux partie bien distinctes : En bas à gauche, c’est un sucre. Oui, parce qu’en fait, les « sucres », ou glucides, ou carbohydrates représentent une famille de molécule où quasiment tous les atomes de carbone (qui se trouvent à chaque jonction de « traits » qui symbolisent les liaisons entre les atomes) sont reliés à un atome d’oxygène. On pourrait être un peu plus précis dans la définition, mais ce n’est pas le moment. Voici par exemple le glucose, pour comparer :

Les réelles différences avec la partie glucidique (partie « sucre », si vous avez bien suivi) sont assez subtiles….

Passons à la suite : au-dessus, en haut à droite, c’est un stéroïde. Encore une nouvelle famille ? Et ouaip ! Les stéroïdes sont une famille de composés biologiquement fondamentaux. Leur point commun, c’est leur structure, pas leur fonction !

On a ainsi des composés d’utilité très variée : le fameux cholestérol par exemple :

(On voit d’ailleurs très bien l’oxygène en bas à gauche qui sert pour relier le stéroïde au sucre dans la convallatoxine).

On a aussi des hormones sexuelles, comme la testostérone (dessous, à gauche, hormone lié aux caractères masculins), ou l’oestradiol (à droite, lié aux caractère féminins)

 

On pourrait aussi parler de la cortisone, et des corticoïdes, qui sont aussi des stéroïdes, et de tant d’autres molécules…

Cortisone

Bon, bref, la convallatoxine, en plus d’être une chouette molécule à décrire, est assez efficace, comme poison. Sa dose létale médiane (dose à partir de laquelle au moins 50 % des cobayes meurent) est de 1 mg par kilo chez les souris (1mg, c’est à peu près la masse d’un petit grain de sucre). Si on transpose à l’homme, ça fait du 70 mg pour tuer un bonhomme… Si la substance est injectée !! Si on le mange, le muguet est tout de même nettement moins redoutable, et si quelques dizaines de personnes se retrouvent à cause de cette plante à l’hosto, je n’ai pas retrouvé de trace de décès…

La prochaine fois ; l’If et l’histoire « cocorico-esque » du Taxol… (avec

Sources : Wikipedia bien sûr !

 

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in chimie, Non classé and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Les plantes, et leurs poisons (2) : le muguet de mai

  1. Pingback: Les plantes, et leurs poisons (2) : le muguet de mai | C@fé des Sciences | Scoop.it

  2. Pingback: Le cholestérol : le bon, le mauvais, et des truands ? | Pourquoi le ciel est bleu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *