Légalisation du cannabis pour usage thérapeutique et consommation des adolescents

Voilà une étude qui va donner des cheveux blancs aux partisans du maintien de l’interdiction totale de la consommation de Cannabis Sativa.

Le chanvre indien, c’est la fameuse marijuana, drogue illicite la plus consommée par les jeunes (et les moins jeunes) en France, voire dans tout le monde occidental. Déclarée illégale en France en 1925, elle a été totalement prohibée jusqu’au début 2014, que ce soit pour un usage récréatif, comme pour un usage thérapeutique (si on exclut quelques autorisations temporaires pour des essais cliniques).

En juin 2013, un décret autorise les autorisations de mise sur le marché (AMM) de médicaments contenant du tétrahydrocannabinol (THC), l’espèce active du cannabis. Et en janvier 2014, le Sativex est le premier médicament à base de THC à obtenir son AMM (voir la délibération de l’ANSM (pdf)) Son utilisation est très très restreinte, puisqu’il ne peut être prescrit que dans le cadre des spasticités non soulagées par les autres antispastique pour les personnes atteintes de sclérose en plaque. (les spasticités sont des contractions musculaires involontaires, très douloureuses. J’avoue avoir la chance de ne pas connaître). Le nombre de patient potentiel est de 2 à 5000 en France. Dans d’autres pays, le THC est utilisé dans divers médicaments pour lutter contre des effets secondaires d’anti-cancéreux ou d’antiviraux, mais aussi contre d’autres douleurs aiguës, épilepsie, etc. (voir la notice « Cannabis Médical » de Wikipédia)

Tous les responsables de santé, comme politiques se défendent d’avoir ouvert une brêche vers la légalisation de l’usage thérapeutique du cannabis. Après tout, les opiacés sont des drogues, et certains d’entre eux sont utilisés couramment en médecine, mais on ne peut pas non plus acheter de l’opium à fumer dans les pharmacies ! L’usage de la marijuana, sous forme d’herbe à fumer, ou de façon plus général comme un extrait de la plante à fumer, manger, … reste formellement interdit en France, même pour un usage thérapeutique.

La situation est très différente dans d’autres pays. En Espagne, aux Pays-Bas, dans 20 états des USA (pour citer les exemples les plus emblématiques), on peut consommer du cannabis légalement, dans un cadre thérapeutique souvent beaucoup plus large. Dans notre pays, la question est très tendue. Les politiques sont très très prudents, ou, beaucoup plus rarement, militent pour une légalisation non limitée à l’usage médical (comme Daniel Vaillant et Cécile Duflot, par exemple). La raison est simple : la légalisation de l’usage thérapeutique serait un premier pas vers la banalisation puis vers la légalisation de tous les usages. Un pharmacologue, interrogé par le journal La Croix, s’exprime en ces termes :

C’est un moyen déguisé pour arriver à sa dépénalisation. Le bénéfice de ces médicaments reste d’une extrême modestie alors que les risques sont nombreux : ivresse, anxiété, dépressionEt surtout, il existe d’autres médicaments sur le marché qui peuvent traiter les douleurs ou les pertes d’appétit. 

Revenons à l’étude qui vient tout juste de paraître, et dont j’ai appris la connaissance grâce au réseau social Reddit (Pour voir de quoi il s’agit, c’est ici). Utilisant des données très vastes du « Youth Risk Behavioral Surveillance System » (YRBS), (depuis 1990, plus de onze millions d’adolescents répartis sur plusieurs états américains), ils ont démontré, en comparant les périodes sans, puis avec légalisation de l’usage thérapeutique dans les états, ainsi qu’en comparant les états entre eux, qu’il n’y a pas eu d’augmentation de la consommation des adolescents liée à l’utilisation thérapeutique de la marijuana. Au Nevada et au Montana, il y a même eu une baisse de la consommation chez les jeunes.

Les auteurs insistent toutefois sur les effets négatifs de l’utilisation abusive du cannabis, et signalent que leur étude ne s’applique pas aux états ayant autorisé la consommation à but récréatif. Il me semble raisonnable, néanmoins, de penser qu’on pourrait s’en inspirer en France, pour autoriser la consommation thérapeutique de marijuana. Honnêtement, pensons deux secondes aux malades qui en bavent, parce qu’ils ont mal, parce qu’ils n’ont plus d’appétit, ou subissent des vomissements à longueur de journée. Quel argument peut-on encore leur opposer contre une substance qui pourrait les aider à se sentir mieux ?

[Je suis d’avis, personnellement, que les effets néfastes du THC sont faibles. Il existe des addictions, et des souffrances liées à l’abus de marijuana. Mais opposées à son efficacité avérée comme anti-nauséeux, anti-spasmodique, stimulateur de l’appétit, analgésique,… Pour moi, le rapport bénéfice/risque est clairement en faveur de son utilisation thérapeutique.]

Sur le (vaste) sujet de la consommation du cannabis, Vous pouvez lire aussi :

Et la publication originale (pour lire la discussion Reddit sur le sujet, c’est ici !) :

« The Impact of State Medical Marijuana Legislation on Adolescent Marijuana Use » E.K. Choo et al. J. Adol. Health 2014, in press.

 

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in actualité, article de recherche, Non classé, santé and tagged , . Bookmark the permalink.

7 Responses to Légalisation du cannabis pour usage thérapeutique et consommation des adolescents

  1. Dr. Goulu says:

    hey! je ne me rappelais plus du tout de ce post, merci pour le lien.

    je n’ai pas trouvé de lien vers l’article de ta copine … c’est https://www.mysciencework.com/news/8371/cannabis-et-qi-les-media-enfumes ?

    Alors c’est peut-être comme le tabac ! ( http://www.drgoulu.com/2010/02/27/fumer-rend-idiot-cest-prouve-au-contraire/ )

  2. Pingback: Légalisation du cannabis pour usage th&e...

  3. Josué says:

    Pour l’aspect therapeuthique, c’est sur ya pleins de substituts pour la nausée, le manque d’appetit et autres, mais quand on a une maladie grave et qui vous bouffe la vie, c’est limite pas trop la fin du monde de laisser la personne « s’enfumer la tete » pour supporter un peu plus sa vie de merde, ou juste se relaxer.
    Apres pour les jeunes, j’ai fumé a partir de 14 ans, ne trouvait pas trop d’interets aux etudes a l’epoque (le manque de concentration ne m’aidant pas), et ensuite ca m’a bousillé le reste, et a entrainé demotivation, anxiété, repli sur soi… pour finalement me faire foirer le reste…
    En gros deja, faut pas commencer trop tot, et quand on a deja fait ce qu’il fallait pour s’epanouir dans la vie (vie professionnelle, vie sociale).
    Un jour quelqu’un m’a dit:
    « Les drogues, c’est fait pour les gens qui vont bien ! »

    Et j’ajouterais, comme tout en ce monde, avec modération, pour ne pas tomber dans l’addiction.

    • Je trouve ce témoignage très intéressant. J’aimerais rajouter que même sous couvert de l’argument thérapeutique, on ne peut pas négliger à mon sens le risque d’addiction et d’effets négatifs sur le cerveau des adolescents. C’est trop risqué.

  4. Bonjour,
    C’est intéressant de voir les nouvelles découvertes scientifiques en matière de cannabis médical… La découverte du système endocannabinoïde, au milieu des années 1990, a ouvert beaucoup de nouveaux champs de recherche.
    Espérons que ça continue !

  5. Pingback: Légalisation du cannabis pour usage th&e...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *