La consommation d’alcool chez les femmes enceintes en France

Ce billet reprend celui que j’ai écrit pour Les Vendredis Intellos… N’hésitez pas à y faire un tour, et pourquoi pas y participer !

femme-enceinte-pas-alcool

Dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire de la semaine dernière ( disponible ici en format PDF) , il n’y avait pas qu’une étude sur l’alcool et les jeunes (dont on a entendu parler sur tous les médias. Un article fort intéressant se trouve à la vingtième page, et s’intitule :

« Consommation d’alcool pendant la grossesse et santé périnatale en France en 2010 »

Il s’agit ici de faire un point sur la consommation d’alcool en France, et sur certaines des conséquences éventuelles de cette consommation sur la santé du nouveau-né. Cette étude statistique se base sur un questionnaire qui a été rempli par plus de 13000 femmes en France métropolitaine et DOM-TOM.

Le premier constat, est que 77 % des femmes interrogées déclarent ne pas avoir consommé la moindre goutte d’alcool pendant leur grossesse. Sur les 23 %, seules 2,5 % ont déclaré avoir bu plus d’une fois par mois. Les messages de prévention sur la dangerosité de l’alcool pendant la grossesse ont sans doute porté leurs fruits.

De façon plutôt surprenante, ce sont les femmes de niveau d’étude les plus élevées, les plus âgées, multipares et qui travaillent pendant leur grossesse qui se laissent aller à un petit verre !

Mais réfléchissons un peu… Cette étude est faite sur la base de déclaration. Or, il est évident qu’il est dur d’assumer consommer de l’alcool pendant sa grossesse. Les femmes citées plus haut ne sont-elles pas celles qui ont suffisamment d’assurance pour le déclarer ? Faisons un peu de psychologie de bas étage… Une femme qui a déjà eu 2 ou 3 enfants a déjà fait ses preuves, en tant que « bonne » femme enceinte. Qu’a-t-elle à perdre à annoncer qu’elle n’a pas suivi à la lettre les recommandations officielles ? Et à l’opposé, une jeune mère, qui attend son premier enfant, doit prouver qu’elle est une « bonne mère », et donc, qui applique scrupuleusement les consignes médicales…

Le second constat, porte sur les conséquences de l’alcool pendant la grossesse. Le message fréquemment véhiculé par les médias, les médecins, est qu’il n’y a pas d’alternative envisageable à l’abstinence totale. On peut entendre ci et là des médecins annoncer le risque de mort in utero, ou de malformation foetale dès la première goutte. Les conclusions de cette étude, et des autres études qui sont cités sont plutôt rassurantes pour les faibles consommations. Les deux indicateurs qui ont été retenus sont la prématurité et l’hypotrophie (petit poids, petite taille) à la naissance.

Les auteurs déclarent ainsi :

Le taux de prématurité (accouchement avant 37 semaines révolues d’aménorrhée) n’est pas différent selon la fréquence de consommation de boissons alcoolisées. Il est légèrement plus élevé pour les femmes qui déclarent boire 2 verres ou plus au cours d’une journée ordinaire mais la différence n’est pas significative.

Et puis :

Le pourcentage d’hypotrophie – poids de naissance inférieur au 10e percentile rapporté à l’âge gestationnel à partir des courbes Audipog (Association des utilisateurs de dossiers informatisés en pédiatrie, obstétrique et gynécologie) – ne varie pas significativement selon la fréquence de consommation de boissons alcoolisées. En revanche, il est plus élevé pour les femmes qui ont bu 2 verres ou plus au cours d’une journée ordinaire ou pour celles qui ont bu 3 verres ou plus lors d’une même occasion une fois par mois ou plus souvent.

Je suppose que ces deux marqueurs étaient sans doute les plus caractéristiques, et donc les plus susceptibles de varier avec la consommation d’alcool. Cependant, les auteurs souligne prudemment :

Les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de fixer un seuil de sécurité au-dessous duquel la consommation d’alcool serait sans danger. Il faut rappeler que la consommation d’alcool pendant la grossesse peut avoir des effets
non seulement sur la période périnatale, mais également sur le développement neuro-comportemental de l’enfant. De ce fait, le message recommandant de ne pas boire d’alcool pendant la grossesse reste d’actualité.

Lorsqu’on lit pourtant les conclusions des autres études qui sont reportées dans cet article, il semble bien qu’une consommation faible d’alcool soit effectivement sûre. Une méta-analyse de 2011 de Potra et coll. indique que le risque d’hypotrophie apparaît au-delà de 1 verre par jour, et le risque de prématurité à partir de 3 verres par jour. Bien sûr, pour les grandes consommations, le risques est avéré : d’après une étude danoise, la prématurité était trois fois plus fréquente chez les femmes qui buvaient 10 verres ou plus par semaine, que chez les femmes qui en buvait 1 ou moins…

Deux autres marqueurs nécessiteraient sans doute d’être éclairés : le risque de fausse-couche (précoce ou tardive), et le risque neuro-comportemental de l’enfant. Je n’ai pas trouvé de donnée pour le premier. Tous les sites disent et répètent qu’il ne faut pas consommer d’alcool, ce qui est évidemment mieux, mais sans faire référence à aucune étude…

Pour le second risque, des études ont été menée. Une des dernières (en 2008) a d’ailleurs fait grand bruit, ayant une conclusion qui a surpris tout le monde : La consommation de 1 ou 2 verres par semaine durant toute la grossesse n’a aucune conséquence sur la santé mentale des enfants à 3 ans. (contrairement aux grosses cuites, qui sont définitivement néfastes) (Il semblerait même que les enfants des mères qui ont bu de l’alcool de façon occasionnelle présentent de façon statistiquement fiable un peu moins de troubles du comportement !) (lire l’étude ici, et un résumé grand public ici)

Je ne souhaite aucunement faire ici l’apologie de l’alcool pendant la grossesse, ni de façon plus général d’ailleurs. N’oublions pas que le nombre de décès attribuable à la consommation d’alcool en France est de 49000 en 2009, soit près de 10 % des décès cette année là (source : BEH page 3) !

Mais n’oublions pas non plus que la consommation occasionnelle, et en quantité raisonnable n’est pas forcément une aberration, une tare, et un danger pour la vie, que l’on soit enceinte, ou pas.

 

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in Non classé, santé and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to La consommation d’alcool chez les femmes enceintes en France

  1. Pingback: Consommation d’alcool pendant la grossesse | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *