[Flash Info Chimie] #41 chimie prébiotique : une origine commune à tous les composés du vivant ?

Il ne se passe pas un mois sans des nouvelles du côté de la chimie prébiotique… A croire que la mission Rosetta, dont un des objectifs est l’analyse chimique de la comète 67-P qui pourrait receler des composés prébiotiques, agit comme un catalyseur puissant dans ce domaine de recherche.

En particulier, une question revient de façon récurrente : de quoi étaient composés les premiers êtres vivants, ou, du moins, les premiers systèmes chimiques complexes capable de se répliquer ? L’idée qui est assez admise, consiste à penser que l’ARN a toutes les qualités pour remplir le rôle de support du code génétique (à la place de l’ADN actuel), de catalyseur et de machinerie chimique (à la place des protéines actuelles), ainsi, même, que de composé de base pour les membranes cellulaires ou intracellulaires (à la place des lipides actuels). Cependant, la fragilité des nucléotides à ARN est pointée du doigt comme étant une sérieuse épine dans le pied des partisans -très nombreux- d’un monde à ARN…(1)

Pour John D. Sutherland et son équipe, de l’Université de Cambridge, il est tout à fait plausible/possible/probable que dès la constitution des premières briques du vivant -cette fameuse « soupe primordiale »-, l’ensemble des molécules du vivant tel que nous le connaissons soit apparu. Cela permettrait de lever les objections récurrentes au monde à ARN (comme du monde à protéine, autre hypothèse souvent évoquée) Dans leur article, paru dans Nature Chemistry, ils montrent comment, à partir simplement de l’acide cyanhydrique (HCN), il est possible d’obtenir de nombreux acides aminés, des nucléotides, des lipides, en utilisant seulement de l’eau, du sulfure d’hydrogène, des ions phosphates, et des ions cuivres et de l’acétylène.

A partir du composé 11, l'acide cyanhydrique, on obtient... Tout le reste (source : ref (2))

A partir du composé 11, l’acide cyanhydrique, on obtient… Tout le reste (source : ref (2))

On pourrait considérer que l’hypothèse de départ (présence d’acide cyanhydrique, de sulfure d’hydrogène, de cuivre, de phosphate, d’acétylène) est un peu tirée par les cheveux. Ce serait le cas, si on imaginait que tout se produisait en même temps, au même endroit. Il faut plutôt considérer, d’après les auteurs, de multiples zones de synthèse, chacune avec leurs spécificités (présence d’acétylène, ou de phosphate, ou de sulfure d’hydrogène, etc…), qui conduiraient à la production de la grande diversité de composés, nécessaire à l’émergence d’une forme de vie qui utiliserait déjà l’ensemble des grandes familles de composés biochimiques…

(1) Hypothèse du monde à ARN : en anglais sur Wikipédia (ou en français)

(2) « Common origins of RNA, protein and lipid precursors in a cyanosulfidic protometabolism » B.H. Patel et al., Nature Chemistry 2015, 7, 301-307

About Mr Pourquoi

Ce blog est né il y a quelques années du désir de parler des sciences, de toutes les sciences, depuis les plus insignifiants phénomènes qu’on peut rencontrer dans la vie courante, jusqu’aux sujets de recherche les plus pointus, particulièrement en chimie, et pharmaceutique. Je suis agrégé de chimie, docteur en chimie organique, et actuellement prof en lycée en France, et aussi, (et surtout ! ) un père heureux d’une famille (très) nombreuse.
This entry was posted in actualité, chimie, Flash Info Chimie, Non classé. Bookmark the permalink.

One Response to [Flash Info Chimie] #41 chimie prébiotique : une origine commune à tous les composés du vivant ?

  1. Pingback: [Flash Info Chimie] #41 chimie prébiotiq...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *